Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques lunaires t2 : Scarlet (Marissa Meyer)

Publié le par Chris Mo

Les chroniques lunaires t2 : Scarlet (Marissa Meyer)

Chroniques lunaires : Livres II

Scarlet

Marissa Meyer

PKJ 2014

Difficile de commenter un livre en plein milieu de la saga.

Le tome 1, Cinder, raconte l’histoire d’une cendrillon du futur où Cinder est une mécanicienne cyborg qui vit avec une mère d’adoption et ses filles sur la terre (L’union terrestre). Elle est en quête de ses origines. Elle va s’empêtrer dans une situation de plus en plus complexe qui la poussera à vouloir sauver la vie de l’empereur Kai de la communauté orientale, un dirigeant soumis à la pression de la redoutable reine Lunaire, Levana.

Dans le tome 2, Cinder est en fuite, situation renversée, elle est poursuivie par des mutants, des créatures de Levana, par l’armée sélénique de l’empereur Kai… Dans ce jeu de cache-cache, elle est aidée par un capitaine au passé douteux, mais qui s’avèrera plus qu’utile, le capitaine Thorn.

En parallèle, à Brieux, en France, il y a Scarlet, qui est le petit chaperon rouge de l’aventure. Elle est un humain classique enragé par la disparition de sa grand-mère. Elle compte sur le soutien d’un « street fighter » (spécialiste du combat libre illégale), un beau balaise nommé Loup, pour retrouver celle qui l’a éduquée. Elle se rend compte que bobonne est bien plus qu’une gentille vieille dame à la main verte et qu’elle a tout bonnement été enlevée. Tout cela régnant sous une atmosphère tendue par la reine Levana prête à tout pour être la plus belle du miroir…

Les destins se croisent et les vérités éclatent à l’aube d’une invasion sanglante.

Un mélange de contes anciens et d’une époque futuriste (en 126 TE ?) donne une ambiance dystopique goûteuse, une chouette trouvaille.
Les minicrans, les holocrans, les navettes, les cyborgs et autres technologies et dons paranormaux nous agrippent dans cette nouvelle ère où les Humains côtoient les Lunaires. Le découpage des nations sur notre planète est simplifié – les continents sont renommés, la notion de pays est quasi absente — et pas loin de toucher un nouvel ordre mondial. La tension de guerre reste une clé inhérente au suspens des histoires du genre où un envahisseur étranger tente le tout pour le tout pour monopoliser un nouveau territoire.

Le montage est constitué de sorte qu’il y ait un rythme très rapide (une quarantaine de chapitres avec un découpage encore en 4 parties), une sensation qui se confirme dans un style d’écriture dépoussiéré de détails, bardés d’actions et au décor parfois secondaire. Simple à lire.

Tout se joue sur l’intrigue. Même s’il s’agit de méchante sorcière qui met la pression par jalousie et qui a soif de pouvoir et de cruauté, la recherche d’identité surtout et d’un peu de reconnaissance est une des bases fondamentales du livre. On sent bien que les gentils – princesses et consorts – s’en sortiront très bien.

Les stratégies défensives, d’attaques, la soumission et la surprise, l’usage de la romance, l’absence d’un parent restent des éléments prépondérants pour stimuler les héros dans leur espoir de vie parfaite.

Dans l’ensemble, un roman sympa, vif, moderne qui réussit le pari de revisiter les contes anciens avec du frais. Je préfère celui-là à « Hunger Games ». Du point de vue des idées judicieuses, des thèmes remixés, ils sont un peu égaux. Par contre, le côté feu de l’amour est moins prononcé dans « Les chroniques lunaires ». Raison pour laquelle je ne me suis pas ennuyé.

— : le côté sentimental, l’intimité entre certains personnages, est franchement très enfantin – d’une grande naïveté quand même — pour des jeunes qui ont entre 18 et 20 ans...

— : une rencontre est attendue et annoncée entre deux destins, au moment où cela arrive, j’ai cru avoir loupé un chapitre, il y a eu un trou, le passage d’une action à une autre sans explication pour placer un coup de théâtre m’est apparu comme un coup d’accélérateur dommageable, une tentative mal ajustée.

Chroniques lunaires : Livre I, Cinder

Chroniques lunaires : Livre I, Cinder

Commenter cet article