Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La méthode du crocodile (Maurizio de Giovanni)

Publié le par Chris Mo

La méthode du crocodile (Maurizio de Giovanni)

La méthode du crocodile

Il Metodo del coccodrillo

Arnoldo Mondafori Editore (2012)

Maurizio de Giovanni

Fleuve Editions (2013)

10/18 (2014)

Quatrième de couverture :

« Dans une Naples fébrile et pluvieuse, un homme guette. Solitaire, tapi dans l’ombre, il observe patiemment sa proie et attend le moment de lui porter le coup fatal d’une balle dans la nuque. En guise de signature, il laisse sur les lieux du crime un mouchoir imbibé de larmes… La presse a tôt fait de surnommer ce tueur “le crocodile”, car, comme l’animal, il semble pleurer la mort de ses victimes. Pour l’inspecteur Lojacono, qui a dû fuir sa Sicile natale afin d’éviter un scandale politique, s’engage alors une redoutable chasse au prédateur… »

Avis:

Amour, amer, à mort.

Un livre qui dégage une panoplie d’émotions de grande intensité.
Une histoire où la puissance destructrice du sentiment amoureux n'est qu'une sarcastique en Prada ; où la relation profonde et délicate entre les membres d’une famille monoparentale — ou non, peut basculer dans la seconde et de manière irrévocable ; où l’absence de l’autre ronge ; où d’un claquement de doigts, des êtres touchés d’une passion sans borne se métamorphose en « mort-vivant », foudroyant du regard les théories de Francesco Alberoni et aplatissant l’amour chanté par Richard Cocciante.

Tout est employé pour rendre la lecture paisible et addictive. La simplicité du ton utilisé, le côté mélodramatique froid et chaud, violent et doux, des touts petits chapitres, l’enquête classique et bien posée. Le suspens étiré, l'effet de surprise mesuré. Une préparation touchante pour une chorégraphie avec une synchronisation fluide et sans mouvement désordonné, dans un mélange de genre policier et de romantisme émouvant.

C’est un grand détective irréprochable. Un coup de cœur, un coup d’amour, un coup de je t’aime…

Extrait (p283) :

« Sa faim s’est sédimentée au fil des ans, dans un râle interminable, dans le souvenir d’une ancienne tendresse. Sa faim a effacé le souvenir de tout sentiment, amitié, joie, amour. Sa faim est inextinguible, elle a dévoré toute émotion dans son cœur, jusqu’à son cœur lui-même. »

Commenter cet article

Marie 05/08/2014 17:20

Ça aurait été sympa de mentionner le nom du traducteur, qui doit surement être pour quelque chose dans le résultat (d'ailleurs, si c'était systématique, ce serait encore mieux :)). On a très envie de le lire en tout cas, merci pour cette belle chronique.

Chris Mo 05/08/2014 19:09

C'est vrai Marie. Je peux expliquer ce manquement.
Je ne cite jamais de traducteurs ou de traductrices pour la simple raison que je n'y connais absolument rien dans ce domaine. Ça me paraîtrait étrange de dire que la traduction est exceptionnelle ou que c'est un(e) tel(le) qui a traduit alors que je ne sais même pas de quoi je parle...
Merci à vous.

La Petite Souris 18/07/2014 11:23

il est dans ma ligne de mire ! :)

Chris Mo 18/07/2014 11:24

Vivement ton retour ;-)

so 18/07/2014 10:45

Là tu donnes super méga trop envie de le lire !!! merci !

Chris Mo 18/07/2014 10:46

Avec un plaisir incommensurable :-@ So !
Belle journée.