Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À genoux (Michael Connelly)

Publié le par ChrisMo

genoux.jpg

À genoux. (2008)

The overlook (2006)

Michael Connelly

Une enquête de l’inspecteur Harry Bosch. C'est le personnage majeur qui apparaît dans 16 livres sur 25, dans l’œuvre de Connelly. Le premier est « L’égout de LA » en 1993 et le dernier est « The blackbox » à paraître en novembre 2012 aux USA. À genoux est son 13e roman. Juste après Echo Park (1).

Harry, 56 ans. Svelte, attend sa première enquête dans l’exercice de sa nouvelle fonction dans la section homicide spéciale(1). Les affaires délicates de longues durées. Politiques et médiatiques. Au Park Center de LA. Mutation après l’affaire d’Écho Park (2)

Son désir est rapidement exaucé : une exécution. 2 balles dans la nuque. La victime : Stanley Kent. Enjeux : Césium, produit toxique. Il s’est vu attribuer un nouvel équipier, Ignacio Ferras (alias Iggy). L’ampleur de l’affaire lui impose la participation du FBI. Rachel Walling : agent de la Tactical Intelligence Unit. Elle est présente dans 4 autres aventures de Connelly, dont Écho Park (3).

L’opposition principale: Harry focalise sur l’homicide et Le FBI sur la menace terroriste, la sécurité nationale prime. Faut-il rappeler que c’est le même service qui apparaît dans Écho Park (4) ?

POINT 1 :
C’est avant tout un chant sur les prouesses gouvernementales américaines concernant la création d’institutions spécialisées (2)     dans les affaires spéciales (3). Ou comment créer le service de surveillance d’une unité surveillée par l’unité de surveillance de la sécurité du service spécialisé (4). En somme, une soupe spéciale (5) de la maison Burger King. Donc, c’est l’histoire des relations entre LAPD (service homicide spécial (6)), le FBI (la tactical intelligence unit) leur Homeland Security respectif (favorise la circulation d’info entre bla-bla-bla). Ô, mais Euro cuistot ne sort pas tes dents éclatantes, avec ton institution de l’institut d’observation du bon fonctionnement de la réglementation élaborée par les commissions spéciales (8) d’affaires spécialisées dans le bon fonctionnement des choses. Chacun en a pour sa pomme. Ne parlons pas d’une parenthèse infime. La bonne répartition des budgets alloués pour les uns et les autres. Par exemple… Non, je rigole. J’arrête là.

POINT 2 :

Dans cette fratrie, où règnent la confiance et le secret de toutes notions. Que ce soit de la création du papier toilette, à l’export de dentifrice (ne cherchez pas, ce n’est pas dans le livre) le terrorisme est sur le plateau. Médaille d’argent, oui le premier est au dessus. Deuxième, car il n’y a pas pire que de se terroriser soi-même avant de dire que c’est l’autre le terroriste. Le but de l’auteur a été de soulever ce qui ressortait de la pensée populaire sur la question antiaméricaine, intérêts en Irak, intervention en Afghanistan, Israël, évidemment le musulman, le jihad, le 11/09 et feu Ben. L’occasion était propice de citer la guerre du Vietnam. L’ensemble ressort comme une grosse erreur à choix multiples irréfléchis, les pertes l’attestent. De moindres coûts que les investissements engendrés et sauvés par la suite. L’auteur lève le voile sur l’aspect aberrant du sujet. Dans le roman, en première moitié, tout sort d’un bloc. Alors que la suite et fin est digne d’un épisode de NCIS. Les infos circulent dans l’action, en mouvement, plus agréable à la lecture. Même si dans l’ensemble il n’y a pas de surprise. La tournure, le coup de théâtre final sont bien joués et sauvent le texte de la noyade dans un océan de cliché.

POINT3 :

Non , n’est pas Écho Park (5). Mais les points qui m’ont empêché de vivre l’aventure à temps plein.

Oui, le terrorisme est le cancer du siècle. Il faut continuer de l’intégrer dans la littérature. C’est un fléau. Était-ce nécessaire de citer « Le fléau de Stepen King » dans son livre pour être certains que la connexion s’opère inconsciemment au cas où l'on n’aurait pas compris de suite ? Encore une fois, je retrouve Mark Twain dans un livre américain. C’est le chouchou, dirait-on. Dès qu’il y a une cause à défendre, mise en avant des excès de la civilisation, c’est pour lui. Ici, c’est un hôtel.

POINT 4:

Spécial (9) et Écho Park (6). J’y suis, enfin.

Dans les slogans publicitaires, le nom d’un produit est répété un minimum de fois. Pour produire un impact sur le choix d’un produit lors d’un achat plutôt qu’un autre. Dans cette phrase, j’ai joué avec produit, répétition. Tout de suite, vous penserez à ce mot en premier. Peu importe la raison. Pour l'adjectif spécial (10 fois) et l'affaire Écho Park (7 fois), c’est identique. Alors, c’est bien ce qui ne me donnera pas envie de lire Écho Park. J’ai eu l’impression d’avoir un spot pub pour la marque de lessive « Dash » devant moi. Une tentative de pousser à l’achat qui entache la lecture de l’opus présent. Et bien c’est du propre tout ça. 

POINT 5:

Je termine avec ceux-ci :

— Contrôler une voiture juste pour vérifier la présence « d'un taux de radiation » en opération antiterrorisme. Jusque là ça va. Mais pénétrer dans la bagnole, sans s'assurer qu'elle n'est pas piégée... À moins que le contrôle du taux de matière toxique permette de déterminer qu’il y a un colis explosif dans le véhicule...

— On a affaire à deux inspecteurs extrêmement compétents. C’est vrai. Aucune remise en question là-dessus. Même que Rachel Walling est capable de répondre plus vite qu’un légiste sur une scène de crime. Mais en page 41, ils ont dû avoir une absence. Ils trouvent une victime dans son lit bâillonné et menotté, elle ne bouge plus, odeur d’urine. Rachel la libère de ses liens et tissus, la couvre d’un drap. Puis Bosh intervient : « Elle est vivante ? »… Rachel répond : « Oui je crois qu’elle est juste évanouie… »

En conclusion. Alors que l’auteur est connu pour le genre, c’est un roman policier qui m’a paru écrit dare-dare. La reprise au final est quand même réussie. Cependant les à côtés, les failles (si ce n’est pas ma paranoïa qui me joue un tour), m’ont gâché le plaisir.

 

 

Editions SEUIL  link

Editions POINTS link

Site de l'auteur link

 

 

Commenter cet article