Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hunger Games (Suzanne Collins)

Publié le par Christophe

IMG20111018_003.jpgHG2.jpg

Hunger Games T2

L’embrasement

On retrouve nécessairement Katniss, Peeta, Haymitch et Gale. Les trois premiers se préparent pour la tournée des vainqueurs du récent 74ème  HG. Le dernier est obligé de travailler à la mine du district 12 pour nourrir les siens. Katniss ne voit presque plus Gale. Il est présenté comme son cousin.  Elle doit continuer d’afficher devant tout Panem son amour fictif avec Peeta.  Le président du Capitol, Snow, suspecte un début de révolte dans les districts. L’étincelle qui enclenche un embrasement. Suite à l’attitude de Katniss quand elle simula une tentative de suicide par amour pour Peeta lors des Hunger Games.  Katniss devient un symbole pour avoir défier l’autorité. Le geai moqueur est son symbole. Le président prend des mesures drastiques pour empêcher une révolution.

En plus de toute cette ambiance sous  tension constante, c’est l’année de l’édition spéciale des jeux de l’Expiation. Un Hunger Games qui a lieu tout les vingt cinq ans où le capitole y réserve un coup tordu en général dans la sélection des tributs.

C’est un roman de questionnement, de doute d’une adolescente qui est souvent dépassée par les événements. Qui fera tout pour  sauver ceux qu’elles aiment. Les amis, les villageois et les districts. Ces coups de blues, le réveil de son courage. Le lecteur aura droit à un étalement de sentiments, de persécution pendant près de ¾ du livre. Avec quelques rebondissements tout en légèretés. Peu avant l’embrasement qui se met en place petit à petit.  C’est tout de même une longue mise en place. Mais.

L’attente en vaut la peine. Une dernière partie magistrale. Face à l’ennemi… Nouvelles alliances, des stratégies se succèdent, des actions incessantes s’enchaînent. Le tout donne un vrai feu de camp immense autour duquel on chante encore, encore, encore. C’est impulsif, dynamique. Une écriture directe. Un décor qui me fait penser à Koh-Lanta (une émission de téléréalité aventure ….) Sauf que l’issue finale et ô combien douloureuse pour les candidats est loin d’être mortelle et que les férus de goût du risque sont présents sur une île thaïlandaise de leur plein gré. Un dernier quart de livre excellent, inattendu et d’un rythme rapide.

Une question pour le troisième tome me tarabuste. Sera-ce la fin d’une dystopie ? Le feu aura-t-il prit ?

 

 

HG1.jpg

Hunger games T1 (2011)

The Hunger Games (2008)

Suzanne Collins


Suite à une révolte avortée des 13 districts de Panem. Le Capitole qui n’est autre que la capitale du pays a imposé comme sanction, et pour rappel en gage de découragement de nouvelle tentative de soulèvement contre le pouvoir en place, l’effacement d’un district et surtout les Hunger Games (Les jeux de la faim). On peut situer le fait historique à 74 ans plus tôt puisque c’est le 74ème Hunger Games.

Une fois par an, deux tributs (un garçon et une fille) par districts sont nominés pour le jeu. C’est la Moisson.  Les 24 malheureux tirés au sort devront s’affronter pendant des semaines. Le dernier survivant qui en sort vainqueur, permettra à son district de bénéficier d’allocations de blé et d’huile pour une année.

Katniss et Peeta représentent leur district 12. Lâchés dans l’arène, la survie commence. Chacun pour soi. Katniss devra compter sur son talent pour la chasse et la connaissance de la forêt. Peeta a pour lui sa force, la lutte et le camouflage.

C’est une œuvre intemporelle. Le système est totalitaire. La disette, la Moisson, les Hunger Games sont des sujets tabous.  Il n’y a pas d’intrigue grandiose. On y retrouve les thèmes cher aux ados comme l’amour maudit, la débrouille, les parents en filigranes quasiment, la gloire avec paillettes, la reconnaissance, la mort.

Une trame plutôt simple. Les chapitres s’enchaînent vite, c’est très actif avec une écriture limpide.

La tension est présente très rapidement. Malgré le cauchemar de la situation dans laquelle se trouve les personnages, les scènes de meurtres et de combats sentent un peu le déni de la violence. L’auteur donne l’occasion à Katniss et Peeta d’être animés par l’esprit de vengeance pour passer à l’acte. Ce qui rend le fait moins choquant, acceptable. Les autres candidats sont en toile de fond. Ils jouent plus le rôle de méchants par rapport à Katniss et son chéri présumé, leurs disparitions à part celle de Rue la plus jeune de tous, laissent quasi de glace. En somme l’auteur met si bien en avant les personnages principaux pour lesquels le lecteur s’est attendrit qu’il devient évident qu’il souhaite la mort des autres.

Le changement de règle du jeu à un moment donné est la ficelle introduite dans l’histoire pour faire plaisir au romantique. Ce qui casse la tension si bien menée jusqu’alors. L’inquiétude entretenue depuis le début et qui soulève la question de comment les personnages qui ont fraternisé seront capables de s’entretuer, se relâche complètement et permet malheureusement d’en déduire assez facilement l’issue final. Qui devient à l’eau de rose.

Dans l’ensemble, l’idée ressemble à celle de Running Man de Stephen King pour le jeu. Pour les capacités et la débrouille des adolescents, le bouquin fait penser à la série Autre-monde de Maxime Chattam en moins fantasy.


Un bon divertissement proposé par POCKET JEUNESSE: link

Site de l'auteur en anglais: link

Commenter cet article

strawberry 22/10/2012 22:42

Il est dans ma pal celui-ci ^^

ChrisMo 22/10/2012 22:43



ah oui, je dois encore lire le tome 3, si non c'est original