Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'enfant des cimetières (Sire Cédric)

Publié le par Crismo Faceaubook

L’enfant des cimetières  (2009)

Tout commence par un songe, peut-être…

enfants-cimetiere.jpg


Un fossoyeur massacre sa femme et ses deux enfants avant de retourner l’arme contre lui. À Terre-Blanque.

Son neveu, témoin de la scène, va tenter de reproduire l’irréparable dans un hôpital.

David et Aurore, journalistes ,sont tous les deux sur le coup Mendez, la tuerie familiale.

Pour le journal « Nouveau regard ».

Kristel, la moitié de David, peintre, a un cours de dessin bénévole prévu pour les enfants à l’hôpital Jules-Barbey. Elle meurt.

Des policiers surfent sur une vague de suicides.

David mène son enquête, Kristel lui a parlé de « l’enfant des cimetières » dans un rêve. Il a une longueur d’avance sur le commandant Vauvert. Un policier qui patauge face aux délires de témoins, à l'accumulation de victimes qui se donnent la mort.

Que faire confronter à une légende urbaine ? Le sceptique rejoindra le convaincu. Garantie pour le lecteur. Comment réagir ? Comment prouver à la police que le paranormal joue un rôle dans cette lugubre histoire ? En somme, c’est un nouveau regard qui s’impose aux protagonistes de cette macabre affaire.

"Bien sûr, les grands disaient que les monstres n'existaient pas. Mais elle savait que les grands mentaient toujours" (p338)        

Et voilà, un prix Masterton pour ce livre.

Une écriture Master King Ton Lovercraftienne.

Mon ressenti immédiat, instantané. La simplicité apparente, lecture rapide inconsciemment, envouté par le débordement imaginatif.

Ma préférence. Je dirais vaguement la maison des Mendez, L’appartement de David et sa captivité ailleurs sont trois scènes majeures où l’impact, la confrontation entre la réalité, l'imaginaire et l'ésotérisme donnent une horreur d’une intensité fabuleuse et maîtrisée. Un découpage plaisant grâce aux chapitres brefs et les alternances de point de vue. Maintien du suspens malgré l’impression que l’enquête est banalisée en parallèle, une enquête policière pas si utile, elle meublait. Le reste suffisaient amplement…

Tout part d’une mélopée hideuse, l’angoisse suinte, les ombres intransigeantes donnent envie au lecteur de se cacher. Vous n’avez jamais eu cela. Oui vous savez bien. Il fait noir, vous réussissez à vous miniaturisez et vous prenez la taille d’une mouche afin que le spectre, ou le fruit de votre cauchemar ne vous attrape pas. Il vous a vu et vous poursuit. Il vous trouve. Vous vous réduisez encore plus, telle une puce. Ce qui vous permet de vous infiltrer dans l’interstice existant entre deux planches, ou un petit trou qui arrive à point dans votre fuite… Et vous fuyez ou vous vous réveillez quand la chose vous a repéré…

Imaginez que même dans ces conditions, le démon sache ce que vous êtes. Où vous vous planquez quelque soit votre taille… Aucune chance d’en réchapper.

C’est pour cela que le lecteur voudra absolument lire au plus vite cette « mélopée »… Qui n'a pas envie de savoir comment s’échapper du cauchemar sans cache possible, ni réveil…

Site officiel de l'auteur link

Autres livres:

Pocket FievreR 2012Le jeu de l ombrele_premier_sang_sir_cedric_2012.jpg

 

Commenter cet article

strawberry 22/10/2012 22:37

Boooks Reading Addict.

ChrisMo 22/10/2012 22:39



Non c'est un ami ;) super fan aussi d'auteurs du genre



strawberry 22/10/2012 21:28

J'aime les même auteurs que toi.Enfin j'aime tout lire. L'autre blog c'est à toi aussi ? J'ai laissé des coms.

ChrisMo 22/10/2012 22:21



Lequel ? Si tu parles du lien que j'ai laissé dans l'article, c'est le site officiel de l'auteur. Je n'ai rien à voir avec. 



strawberry 22/10/2012 21:10

Mes trois livres sont en livrs voyageurs.

J'ai adoré l'enfant des cimetières.

ChrisMo 22/10/2012 21:23



Je suis impatient de lire ses autres bouquins, un genre que j'aime bcp.
Comme Masterton et le King. Les autres du genre, je dois encore les découvrir, je pense à Straub, Koonzt.