Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cicatrices,Plasma

Publié le par Christophe

AddictionsBIENTÔT !

 

ATTENTION CE SUPERBE LIVRE N'EST PAS LE TOME 3 DE LA TRILOGIE DES PULSIONS! DONC RIEN A VOIR !

 

 

En attendant 2 interviews:

 dora-suarez-leblog link

Unwalkers link

 

 

 

 

 

La trilogie des pulsions

Tome 1: Les cicatrices (2010)

Par lequel des personnages devrai-je commencer pour présenter une affaire noire ou  rouge pourpre ? Non plutôt Four Rose à 43°…Une odeur forte qui étourdit les sens…Peu importe l’issue reste fatale.

cicatrices

Paris, l’inspecteur Serge Miller balance Franck Marshall, spécialiste du ressenti,  sur une affaire de disparition. Des adolescents du milieu de la prostitution qui sont retrouvés vivants, torturés, mutilés.
Miller est un gars rongé de l’intérieur. Echec de sa vie, sa femme et son enfant sont partis car il fricotait avec un transsexuel, son chien est mort et pourri dans la cuisine, son passé militaire ressurgit avec l’expérience « Long sommeil » sur un groupe de soldat, enfin tout lui échappe. Il compte sur Marshall qui lui aussi est perturbé par un échec amoureux (Emily) et freine son efficacité sur le terrain. Emily est partie, pas heureuse et tente de chasser un démon du passé même si elle aime son Marshall.
Une proie qui attend sa mort est témoin des sévices infligés aux nouvelles victimes. Il observe et espère s’en sortir.
Marc Dru, psychanalyste engagé, se consacre aux enfants de l’urgence, les oubliés. Le petit Lamy est l’un d’entre eux. Marc s’implique profondément dans ce cas qui l’amènera sur l’affaire des deux inspecteurs brisés car M. Rhader le père du petit éprouve des sentiments pour une des victimes…Le lien est fait. Dru rencontrera une belle, dynamique et intelligente Karin Vallon, infirmière, à l’hôpital ou sont gardés les victimes du prédateur. Ensemble ils poursuivront l’enquête avec une grande persévérance. Le légiste y mettra son grain de sel, un costaud tatoué. Les deux nouveaux amis découvriront très vite que les policiers sont à côté de leur pompe. Un réseau de drogue organise des soirées d’orgies pour rendre des jeunes hommes prostitués et un paquet d’autres dépendants. Voilà tout s’enchaîne et se mélange à merveille…
Le prédateur se dévoile au cours du récit. Façonné à l’image de son père. Il a une dette envers lui depuis la mort du pater. Il doit purger. Il compte bien s’acquitter de sa promesse avant d’être libre de poursuivre sa quête.
Le doute installé, ne me restait plus qu’à manger les pages pour connaître l’après « Carnation ». Une délectation. J’ai sniffé cette aventure et je n’y ai vu que du feu.   Je ne suis pas un Dru maîtrisant les théories Lacaniennes ou Freudiennes. Marc reste dans le livre, respire, on se calme, c'est un ignorant qui scribouille! Cela dit même si c'était intense de ce côté parfois, cela ne m'a pas empêcher de rester scotché sur les mots choisis justement par Mr Barron. Voilà mon ressenti d'emblée sur une partie des conceptes abordés.
L’homosexualité, la normalité, l’hétérosexualité, le HIV. Les apparences trompeuses, le pouvoir, la déchéance. Ces notions qui vous claquent à la tronche quand on croit ne pas être concernés en se cachant, même inconsciemment, derrière un tableau idéal d’une vie exemplaire. Quel que soit le niveau de réussite social. Un autre regard sur l’autre, sur soi, avoir le courage de se mettre à nu pour reconnaître ce qu’on est sans pointer qui que ce soit comme la cause de nos maux. Des scènes de suplices proches de "Prédateur" de Maxime Chattam, ahurissantes, atteignent l'apogée de la violence, du mal et de l'atrocité.
Les plaies, les sutures des victimes avant, pendant et après la torture, la vie des autres, leur déception, leur sentiment, l’errance forment tous « Les cicatrices » qu’ont n’effacent pas. Même si thérapie il y a, on apprend à vivre avec. C’est complet de la première à la dernière page, titre compris. Crédible à 43°…
Cet écrit est pour moi une surprise totale. Surtout cette utilisation du « je »  reprise dans chaque nouveau chapitre où c’est un personnage différent qui s’exprime. L’élément troublant, une explosion déstabilisante des sens. L’auteur nous propose un cheminement intéressant pour se mettre à la place de chaque individu. Histoire de bien dénuder les repères. On sent une atmosphère pesante, triste, malsaine, sanglante. C’est une avancée lente, pointilleuse qui mène vers un dénouement surprenant. Ah ça oui, l’effet de surprise ce n’est pas de la piquette. Je cours lire PLASMA, le deuxième Opus, afin de retrouver ces esprits fêlés.

 

Retrouvez les fans sur Facebook link

Le Blog de l'auteur link

Des Chroniques:

4 DE COUV:link T1 et link T2

 Le blog de Mystral: link Psychovision: link T1 et link T2 Babelio link


plasma-copie-1T2 PLASMA (2010)


« Pour exister, tu dois apprendre à accepter que ce qui t’entoure ne te convient pas. En changeant, tu es obligé de décevoir tes parents, tes amis, afin de leur révéler qui tu es vraiment »

 (JB p236)

 

Lisa Gaspini, inspecteur franche, belle, sur la défensive face aux hommes. Un en particulier, dû à sa récente séparation d’avec l’égocentrique pervers, manipulateur Régis Demaistre. Son capitaine. Elle est affublée d’un coéquipier, beau gosse, introverti à première vue mais quelqu’un de sûr de lui qui ne le montre pas et qui en pince pour elle. Richard Norias. Ils sont tout les deux sur l’enquête de multiples corps retrouvés décomposés sans aucun lien apparent entre eux et à des endroits différents, des victimes d’une espèce de combustion intérieur. De vrais carnages qui ne laissent que cendre, sang et restes humains comme trace.
Un vétéran narre son travail de prédateur et propose du chocolat avant d’exécuter ses victimes.
Marc Dru est à la recherche des origines de son fils adoptif, la proie qui attendait sa mort dans Cicatrices.  Franck Marshall s’est reclu chez lui, en pleine crise identitaire, il fuit le passé. Il choisit d’aider son ami Dru. Il part en Corse…Dru est mit sur l’affaire de Gaspini et Norias. Miller est à la retraite en bord de mer, informé de l’affaire par le légiste Alvarez.

La mémoire morte, Kader Abbuz, décrit sa vie depuis le Maroc jusque Paris.
Tout le monde se retrouve et quelles retrouvailles. Un dénouement perspicace et qui part dans tout les sens.
J’ai bien ressenti que se sont les réminiscences, les cicatrices du passé qui bouffent  chacun des acteurs qui dominent l’histoire. C’est un mélange de psychologie, d’histoire et de technique scientifique macabrement révolutionnaire, comme le vortex qui a pour but de développer une arme nouvelle, le plasma. Une intrigue qui pousse le bouchon aux firmaments de l’impressionnante imagination de l’auteur.  Ce n’est pas tout, faut ajouter des vérités sur la condition humaine, les pulsions meurtrières, sexuelles, la remise en question à travers chaque individu. Et pour couronner le tout il y a de la télékinésie et de la voyance. Incroyable quand même.
C’est une œuvre fouillée, précise nourrie en rebondissement. C'est bien plus qu'un thriller psychique. C'est aussi un thriller avec serial killer digne d'un Thomas Harris avec son Hannibal lecter. De la SF, du  surnaturel à la S king. Un techno thriller à la F Thilliez avec son Syndrome (E). L'auteur est un caméléon. Il a tout prit. A l'aise. Le principe des impressions vues par chacun des personnages par le « je » est présent comme dans le premier tome. Histoire d’être secoué un peu plus.
Ce qui est intéressant, c’est qu’au moment où je trouvais que Dru avait trop tendance à trouver une explication à chacune de ses réactions, de ses actions, à la limite de la paranoïa. Je découvre, à ce titre, que je pense comme Miller : « Je ne suis pas fou de Dru. Obstiné à toujours trouver  la vérité ». Dru a eu une analyse trop rapide des gens après une seule rencontre, par exemple pour Demaistre… Il prend vite la main par rapport à plusieurs flics désabusés qui, eux aussi, ont l’air de beaucoup s’auto-analyser. Trop bien même. J’ai bien compris qu’il n’y avait pas de super héros. Au contraire que chacun devait faire face à ses faiblesses. Mais malgré tout j’ai eu une sensation de trop de psychologie qui prenait le dessus sur l’ambiance. Le décor a été un peu effacé face à l’intrigue.
Cela dit, le tout est tellement bien agencé que ces impressions de trop psychique et de manque de décoration passent au second plan. Une aventure effrayante et maligne qui se lit très rapidement et que j’ai beaucoup appréciée. Quel renversement de la situation, on ne s'attend absolument pas à ce que l'affaire prenne de telle proportion...Et surtout, l’histoire n’est pas finie. Je serais au rendez-vous pour la suite. Obligé !

 

TOME 3 EN ATTENTE !

Commenter cet article