Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Voie de la Colère (Antoine Rouaud)

Publié le par ChrisMo

livre-la-voie-de-la-colere-1

La Voie de la Colère

T1 : Le livre et l’épée

Antoine Rouaud

Bragelonne 2013

 

Une jeune historienne qui porte le doux nom de Viola est à la recherche d’une épée légendaire – Eraëd, l’épée des empereurs – disparue depuis la chute de l’Empire. Tout comme le Liaber Dest, le Livre Sacré sur lequel sont basées les croyances du même pouvoir en place : le destin est écrit par les Dieux. Le dernier à avoir vu ce glaive mystérieux était le valeureux – du moins ce qu’il en reste — Dun-Cadal. Un ivrogne, un dommage collatéral, qui vit reclus dans son passé révolu cédant la place amèrement à la République. Il raconte son histoire à cette jolie dame qu’il ne connait ni d’Ève, ni d’Adam. Il se souvient de Grenouille, un adolescent mystérieux animé d’une volonté à toute épreuve, qui lui sauva la vie lors de la bataille des Salines opposant les chevaliers de l’Empire malade aux révoltés, poussés par Duster partisan de la république. Le souffle – don magique – que possèdent certains officiers de l’Empire ne suffira pas à empêcher l’inexorable. Émeris, ville mère où demeure le palais de l’Empereur, est sur le point de tomber.


Dun-Cadal, Grenouille et Azdeki sont des personnages proches des très connus Edard Stark, Jon Snow et Lannister (Trône de fer de GRR Martin). L’assassin ne peut m’empêcher de faire le lien avec le héros de chez Milady, Assassin’ s Creed. Des comparaisons simples tirées d’influences majeures populaires dans le domaine fantasy, qui regorge de roman de cape et d’épée, placé dans un monde imaginaire embrassant le système féodal, et ses créatures telles que les dragons mythiques et autres bêtes féroces. Dans l’intrigue, on retrouve la confrontation entre deux voire plusieurs clans, des comploteurs politiques cachés, des combattants agiles, puissants, déterminés et nourris par la haine, l’esprit de vengeance pour une épée, un livre, un trône… Des poussées d’adrénaline, des pulsions amoureuses infaillibles ou pas. La trahison dévastatrice chère à l’Homme depuis des livres et des livres. Le sentiment de rancune immuable et indomptable. Des sensations fortes et de l’imagination débordante.


Toutes ces miscellanées d’émotions et de faits en un seul tome sont gage d’un premier ouvrage réussi. Qu’est-ce qui nous attend pour la suite ? Car c’est une trilogie.


C'est vrai, jusqu’à mi-parcours du T1, l'histoire pourrait sembler banale par le schéma classique de sa trame. Mais à partir du moment où l'aventure est racontée d'une manière osée — le scénario solide surprend par sa construction, il peut agacer par ce jonglage entre passé et présent sur plusieurs degrés, il bouscule l'habitude du récit linéaire — et avec un dynamisme certain, le récit devient une très belle histoire. Quoi qu'on en dise et malgré quelques redondances descriptives proches du coup de crayon rapide, telles que «  sa peau mate, et ses cheveux bouclés sur ses épaules ; le regard torve ; ou encore les mains jointes » ; ce ne sont que des détails. Des finitions sommaires qui n’enlèvent rien à l’intensité, à l’hyperactivité qui se dégage du récit.
C'est avec une curiosité mise à rude épreuve que j’attends de poursuivre ce qui fût ma première lecture  " Bragelonnienne " – enfin j’ai osé.


P.S: Une carte des territoires de prévue ?

 

Interview de l'auteur sur Babelio 

 

Commenter cet article