Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Los Angeles Nostalgie (Ry Cooder)

Publié le par ChrisMo

livre 73

13E NOTE (2013)

RY COODER

Los Angeles stories (2010)

Recueil de 8 nouvelles.

Genre : musique/réaliste/tendance noire.

Quand vous êtes confrontés à une écriture tout en simplicité, détendue, fraîche, d’une tranquillité savamment étudiée et pointilleuse ; c’est comme écouter pour la première fois « Feelin bad blues » de Ry Cooder.

 

 

La bouche forme un « o », les yeux humides, une rencontre amoureuse, vous écoutez la mélodie en boucle et le voyage commence.

 

Une seule question émerge. Ry aurait-il écrit avec sa guitare ? Les doigts dansent sur les cordes, pincent pour un effet ondulé, étirent, frottent. De l’aigu ici, de la basse là. L’agilité, la rapidité phénoménale du déplacement des phalanges vous stupéfait devant un montage chantant un air d’une grande finesse, un son de blues et parfois même étrange… Et ce n’est pas un mélomane qui vous le dit. Vous êtes projeté en arrière, dans les années 1940, 1950 avec un réalisme complet, une performance sans pareil, un auteur patient pour son premier livre nous révèle une partition à même de rejoindre la bibliothèque d’un collectionneur d’œuvres rares en tous genres.

 

C’est aussi cela l’art. Un coup de grâce, intrigant aux répercussions multiples et marquantes. Une création originale qui suscite une infinité de réflexions possible...

 

« La poésie est simple, le sentiment commun. Mais c’est cela, l’art !
Naturelles, agréables, les idées se présentent à celui qui écoute telles des perles enfilées sur un collier par les mains d’une jolie femme, une par une. » (P79)


Le contenu est un rassemblement d’histoires qui seraient parfaites pour les flashbacks dans la série télévisée « Cold Case » créé par Meredith Stiehm (diffusé de 2003 à 2010). Mais pas que.

 

Winchester.jpgWinchester modèle 1895

 

Vous pouvez imaginer aisément un tout autre décor. Celui d’un western où les chevaux ne hennissent plus, mais rugissent à travers le moteur d’une Cadillac ou d’une vieille Buick… La radio, crachant les décibels au maximum, laisserait place à la guitare et la batterie pour scénariser un duel, celui de voix comme cartouche d'un pistolet humain… Feu ! Un combat de vocalise stupéfiant s’enclenche, la musique règne, les artistes se démènent et tente leur chance. Le vainqueur signe un contrat, le mort retourne bosser.

 

C’est l’histoire de Franck St-Claire en 1940, un homme gentil, près de la quarantaine. Un solitaire qui ne sait pas que la Seconde Guerre mondiale a commencé en Europe. Trop concentré et occupé à récolter des données (par le porte à porte), pour mettre à jour et compléter le Botin du City Directory. C’est l’histoire de Ray Montalvo, le tailleur de costume parce que dans le monde de la musique…. Du Jazz, du blues… Il y a autant d’artistes talentueux que de noms dans le City Directory de Franck. Un monde de gloires passagères dans lequel l’amour que Ray a pour les groupes, le son et le micro des années 40, ne suffit pas à atteindre le talent escompté, ne nourrit pas un homme ; il choisit alors la stabilité du métier appris près de son oncle Gus. C’est l’histoire de Red Sanders en 1957, le chanteur alias Atomic Bomb Saunders, une pointure dans un style Jive (danse latine = le Jitterbug aux USA, une danse influencée par le rock’ n roll), est oublié ; il s’est reconverti en mécanicien pour Ned revendeur de voiture d’occasion véreux. Et forcément, il est très vite impliqué…

 

Ry C. à travers ses intrigues musicales touche aux classes sociales, fait allusion à la 2e GM, au communisme, au racisme, au quotidien des musiciens, des chanteurs, des noirs, des blancs, des métis. Une belle fresque de mélomanes.

 

Ry si tu nous entends, il reste les années ’70, ’80, ’90, 2000 et jusqu’à nos jours. Qu’est devenue cette effervescence des années ’50 et ’60 ? Comment se débrouillent les musiciens aujourd’hui ?

En attendant je mets une pièce dans la machine

Wurlitzer.jpg

 

Billie Holiday, « Fine and Mellow »

 

C’est un livre d’ambiance magique, plein de beaux personnages, mélodieux évidemment, des intrigues moins surprenantes avec, quand même, toujours un mort qui rôde dans les parages. Un petit clin d’œil pour ceux qui restent sur le carreau, qui mangent, boivent et dorment avec une potion de « do re mi fa sol fa mi re do » leur envahissant les tripes. Des styles de vie à côté de boulots alimentaires qui permettent de profiter de bagnoles, de femmes, ou de vivre tranquille en solitaire. En vie. Des vies en suspens avec des rêves modestes et qui ne sont pas seulement des songes de gloire. Des moments réalistes succulents. La nostalgie de L.A. de début ‘40 à 1960. Cela vous donne un bel aperçu de l’atmosphère offerte par « l’audace à la 13 E Note » et signé le prodige Ry Cooder.

Alors oui, c'est avec beaucoup d'émotion que je vous conseille cette lecture.

Je vous laisse, je reprends la route.

MUNTZJET1954.jpg

Muntz Jet de 1954, de Red...

 

Commenter cet article